18/09/2017

L’innovation est traditionnellement au cœur de toute stratégie d’entreprise s’inscrivant dans le long terme. Et l’univers des paiements et des métiers de gestions de trésorerie, à fort contenu technologique, est naturellement plus particulièrement impacté par le contexte actuel de transformation numérique global de l’ensemble de l’économie. 1

 
Le virage digital des entreprises induit des bouleversements au niveau des processus et des compétences des collaborateurs. L’automatisation des processus par l’intégration de nouvelles technologies, redéfinit la fonction finance compte tenu des opportunités offertes par le digital et notamment, l’accélération de la productivité de certaines tâches. Le Directeur administratif et financier voit ainsi sa fonction, d’abord financière et comptable, devenir essentielle à la stratégie globale de l’entreprise. En effet, l’automatisation, la prévision, le traitement des données en temps réel… sont rendus possibles grâce aux leviers technologiques. La fonction finance se doit ainsi d’anticiper et d’évoluer en fonction des fluctuations de son environnement et de repenser son organisation en fonction de la réglementation et des technologies.
 
De nombreux facteurs sont propices à l’accélération de la digitalisation de la fonction finance, notamment au niveau de la réglementation. En effet, l’évolution du cadre réglementaire au niveau national et européen induit une gestion de plus en plus électronique des données : en France depuis deux ans, en cas de contrôle fiscal, les entreprises doivent fournir un Fichier des écritures comptables au format électronique (FEC) ; la loi Grenelle 2 et la directive européenne 2010/45/UE obligent les entreprises à conserver les données et à instaurer des procédures dématérialisées en cas de contrôle.
Ces contraintes juridiques induisent une accélération de la digitalisation de la fonction finance au sein des entreprises et ces données comptables et financières dématérialisées peuvent être exploitées et analysées par les nouveaux leviers technologiques que constituent les FinTechs.
 
Les offres FinTechs en mode SaaS sont accessibles aux PME et aux ETI en termes de coût et de facilité d’intégration. EY a mené une enquête en juin 2016 sur la digitalisation des processus comptables des PME et des ETI, ainsi « dans le sillage des grands groupes, les PME et les ETI connaissent une accélération de la transformation de leurs processus comptables. Les offres en mode SaaS ont favorisé cette démocratisation du digital. Ainsi 64% des répondants se sont inscrits dans une démarche de dématérialisation (réalisée ou en projet). ». De plus, « La transformation digitale engendre des changements structurels pour les directions financières, nécessitant de nouvelles compétences et des outils IT plus perfectionnés. Pour 57% du panel interrogé, le digital apportera des avantages concurrentiels forts aux entreprises qui sauront l’intégrer. » 2
 
La valeur ajoutée des FinTechs réside ainsi dans la rapidité d’intégration, la facilité d’utilisation et les coûts d’utilisation attractifs. Au-delà des banques en ligne et du crowdfunding, les FinTechs répondent également à des besoins de simplification des processus comptables, d’identification et de suivi des risques, de prévision de trésorerie pour ne citer qu’eux, et se positionnent comme partenaires des dirigeants, des experts comptables, des trésoriers… et plus globalement de la santé financière des entreprises.
 
C’est l’approche que propose la société Taïga, dont les solutions Cloud dédiées à l’optimisation du BFR sont utilisées par plus de 2800 utilisateurs en France et à l’étranger. Née Cloud, les solutions Taïga de prévision de trésorerie et d’optimisation du BFR sont le fruit d’une expérience métier cumulée de plus de trente ans au service des finances des entreprises et de l’évolution des risques sous-jacents.
Taïga répond de façon simple et intuitive aux problématiques des acteurs engagés dans la finance des entreprises, dont l’une des solutions a été labellisé par le Pôle Finance Innovation en 2015.
 

Evoluer d’une entité de reporting à un véritable rôle de copilote de la stratégie de l’entreprise, passant d’un contrôleur à posteriori de l’exactitude des informations à un accélérateur de performance via la production de tableaux de bords et d’indicateurs » Etienne Téqui, Président de Taïga.

 
DECROUVREZ NOS SOLUTIONS EN CLIQUANT ICI : SOLUTIONS TAÏGA
 
Sources :
1. L’innovation, une affaire d’équipe Les FinTechs au service des trésoriers Revue-Banque Mars 2017
2. EY étude juin 2016 Transformation de la fonction Finance : où en sont les PME et ETI dans la digitalisation de leurs processus comptables ?