26/07/2017

« Deux entreprises sur trois paient leurs fournisseurs et sous-traitants en retard en France. Voilà ce qu’indique le premier indicateur trimestriel des retards de paiement de factures des 120 plus grandes entreprises françaises, réalisé avec le cabinet Altarès en 2015 » (1), les PME étant les plus vulnérables.

 

Dans un contexte économique tenu par la crise, l’entreprise est régulièrement confrontée à des déficiences de la part de ses clients. Identifier les risques et si possible, les maîtriser, est un besoin primordial pour les entreprises confrontées à des retards et des défauts de paiement. La gestion du risque client est au cœur des préoccupations des décideurs financiers qui doivent adopter une démarche pro-active dans la prévention des risques et structurée dans la gestion du recouvrement.

« Les retards de paiement ou les impayés de la part des clients sont cités comme la principale cause des difficultés de trésorerie des entreprises (37%) par les chefs d’entreprise. Une cause qui devance de loin une diminution des marges (20%) ou une chute inattendue des ventes (18%). Ipsos » (2)

Un défaut de gestion des risques au niveau du Credit management impacte toute l’entreprise. En effet, le Credit management contribue à l’optimisation du cash et au développement des ventes en minimisant le risque de crédit et les coûts. Une stratégie de prévention et de gestion des risques doit donc être mise en place de façon structurée et rigoureuse et les processus, bien définis ; l’enjeu étant d’accélérer les encaissements en réduisant au maximum les retards de paiement, et ainsi, de minimiser les pertes sur créances. Les processus doivent tenir compte des objectifs commerciaux et financiers et aussi d’un cadre réglementaire (respect de la loi de modernisation de l’Economie, Loi Hammon). La collaboration, à la fois en interne entre les différents services, et externe, avec le client, est inhérente au bon déroulement des processus.

Les acteurs du Credit management peuvent s’assurer d’une maîtrise des processus d’identification et de suivi des clients à risques et, parallèlement, d’une rigueur au niveau de la procédure de recouvrement en alliant une stratégie de gestion solide et des outils de gestion et de reporting efficaces.

« Les systèmes d’information sont en première ligne dans le cadre de ce nouvel objectif de rationalisation des délais de paiement. Tout d’abord, car ce sont les outils de type achat et trésorerie qui ont vocation à centraliser ce type d’information et à permettre par conséquent de les analyser. »(3)

Chez Taïga, nous avons développé Taïga Cash Collection, un outil en mode SaaS, conçu pour les gestionnaires de comptes clients, les crédit-managers, les directeurs financiers, et pour tous les acteurs impliqués dans le cash, pour piloter et optimiser la gestion des encours clients.
Plateforme collaborative, elle permet de suivre et de mettre à jour des données du poste client en reprenant l’historique des actions déjà effectuées, de construire des alertes pour les relances et d’analyser l’ensemble des données relatives au suivi de la performance (DSO, échus, coût associé…). Les reportings permettent de suivre l’évolution du DSO, de la balance âgée, les causes de blocage ainsi que les taux d’échu par segment de clientèle.

 

DECOUVREZ LA SOLUTION TAIGA CASH COLLECTION EN CLIQUANT ICI : TAIGA CASH COLLECTION

 

Sources :
(1) Entreprises : « 25% des faillites sont liées à des retards de paiement » http://www.latribune.fr/economie/france/entreprises-25-des-faillites-sont-liees-a-des-retards-de-paiement-483579.html

(2) Une piste pour en finir avec les retards de paiement
https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-155536-la-france-championne-deurope-des-retards-de-paiement-quels-impacts-pour-les-entreprises-1210386.php#riXA9VVRhgy6Pz3o.99

(3) À l’occasion du Congrès des DAF 2016, American Express et Ipsos publient une étude sur la trésorerie et l’impact des délais de paiement sur les PME et ETI. http://www.ipsos.fr/decrypter-societe/2016-07-12-l-impact-delais-paiement-sur-l-activite-entreprises-en-2016