RECHERCHEZ PARMI NOS PAGES

Contactez-Nous

Pour toute information, n’hésitez pas à contacter nos équipes

Ressources

Prévisions de trésorerie et déconfinement : recommandations de TAIGA. [WEBINAR].

Prévisions de trésorerie et déconfinement : recommandations de TAIGA.

Live webinar (40 minutes)
Mercredi 27 Mai 2020
14h30

En cette période de contexte inédite, 87 % des dirigeants s’inquiètent* du sérieux de l’impact du coronavirus sur leur entreprise. En faites-vous partie ?

L’objectif de ce webinar est de vous donner des recommandations pratiques pour répondre aux enjeux actuels et protéger la santé financière de votre entreprise.

Nous répondrons aux interrogations soulevées par les DAF et trésoriers qui cherchent à obtenir une vision claire et pragmatique de leur trésorerie réelle et future.

* selon l’étude de PWC

AGENDA

  • Déconfinement : pourquoi faire des prévisions est une nécessité absolue aujourd’hui ?
  • Quelle méthodologie de prévision de trésorerie est conseillée dans cette période d’incertitude ?
  • Comment établir des prévisions fiables à court-terme ?
  • Comment fiabiliser les prévisions à long-terme ?
  • Comment faire un lien entre la prévision et la gestion de trésorerie ?
  • Session Q&A

Nous prévoyons environ 25 minutes pour la présentation, et 15 minutes de discussion avec les participants.

Webinar animé par Etienne Téqui, Président de TAIGA et Laetitia Lefébure, Directeur commercial de TAIGA.

A propos de TAIGA

Depuis plus de 10 ans, TAIGA accompagne ses clients en France et à l’international dans l’établissement de leurs prévisions de trésorerie et dans l’amélioration de leur BFR.

Je m’inscris pour cet événement !

Enjeu #1 : les prévisions de trésorerie et le recouvrement de vos créances

Les prévisions de trésorerie et le recouvrement de vos créances. Offre exclusive.

Qui sommes-nous ?

Depuis 10 ans, TAIGA accompagne ses clients en France et à l’international dans l’établissement de leurs prévisions de trésorerie et dans l’amélioration de leur BFR.

Dans le contexte actuel, TAIGA offre à ses futurs clients de bénéficier de ses solutions de prévisions de trésorerie TAIGA Cash Forecast et recouvrement de créances TAIGA Cash Collection gratuitement pendant 3 mois : c’est l’effort que nous sommes en mesure de faire par solidarité avec vous.

Contactez-nous (contact@taiga-cm.com) ou remplissez le formulaire ci-dessous pour planifier une démo.

Quels sont les bénéfices de TAIGA ? 

  • Solutions SaaS sur mesure rapidement déployées au sein d’organisations multi sites, multi filiales, multi devises
  • Compatibilité et interface totales avec l’ensemble des systèmes d’information
  • Accompagnement opérationnel personnalisé
  • ROI immédiat : amélioration du pilotage de vos performances, analyse de vos flux et anticipation de vos besoins

Quelle est la valeur ajoutée des solutions TAIGA ?


Les prévisions de trésorerie

TAIGA Cash Forecast vous aidera à :

  • Construire des prévisions de trésorerie fiables
  • Anticiper les besoins en cash des entités et certaines échéances particulières
  • Analyser les écarts, obtenir des reporting cash prévisionnel
  • Déployer rapidement l’outil au sein d’une organisation
  • Gagner en temps, en efficacité, en fiabilité

TCF : en savoir plus sur les fonctionnalités intégrées


Le recouvrement de créances

TAIGA Cash Collection vous permettra :

  • D’organiser et de prioriser vos actions de relance
  • De pouvoir relancer vos clients par mail via des scénarios de relance
  • De favoriser les échanges en interne et en externe, de partager avec d’autres services les actions, causes de blocage ou informations importantes
  • D’obtenir des prévisions d’encaissement en temps réel
  • De bénéficier de tableaux de bord et d’analyses

TCC : en savoir plus sur les fonctionnalités intégrées


Conditions de l’offre commerciale

  • 10 % sur les frais de mise en service
  • 3 premiers mois d’abonnement offerts

Contactez-nous directement ou remplissez le formulaire ci-dessous pour obtenir plus d’informations et pour organiser une présentation à distance.

+ 33  1 84 17 08 85
contact@taiga-cm.com

*Cette offre promotionnelle s’adresse à tout nouveau client qui signera un contrat d’ici le 31 mai 2020.

Ils nous font confiance

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Conseils de TAIGA

Quelle est la stratégie du dirigeant en période de crise ?

Notre pays traverse une crise sanitaire qui promet des répercussions irrémédiables sur notre économie nationale.

L’arrêt de la plupart des activités des entreprises représentant 90% de notre production nationale a pour effet premier, nous le subissons tous, de travailler, si nous le pouvons, de nos domiciles ; pour ceux qui ont la chance de travailler.

La stratégie pour tout chef d’entreprise est d’abord de savoir si sa trésorerie lui permettra d’assumer ses charges habituelles malgré les baisses d’activités subies et, en tout premier lieu, de payer ses salaires.

Bien que l’Etat ait mis à la disposition des entreprises françaises une batterie de moyens lui permettant de reporter le paiement de certaines charges et impôts, voire de ses remboursements de dettes, y compris bancaires, le sujet demeure critique.

La tentation est grande, en outre, de réduire autant que possible le règlement de ses fournisseurs d’exploitation. Certains ont même décidé de coupes sombres dans leurs budgets d’exploitation et de suspendre la totalité de leurs règlements.

Le tissu économique français étant composé principalement de TPE/PME, les conséquences pour ces dernières peuvent être catastrophiques si, en plus d’une réduction importante de leur facturation habituelle, leur poste client devenait irrécouvrable…

Il me semble sage, en tant que dirigeant d’entreprise, de ne pas me précipiter dans mes décisions et d’arriver d’abord à mesurer mes problématiques, mes options, mes solutions, avant de faire subir à mes partenaires des décisions trop rapides.

Dans cet état d’esprit, deux actions me semblent nécessaires d’engager avant de décider quel paiement sera fait ou ne sera pas fait…


Que devrais-je faire pour protéger mon entreprise ?

En premier lieu, il me parait indispensable de mesurer, dans mon stock, les paiements que je dois pouvoir recevoir, et structurer mon organisation de façon à agir au mieux sur mon recouvrement de créances.

Relancer mes clients, régler les litiges identifiés au plus vite, et me faire payer.

Structurer mon organisation pour mieux organiser ma relance et obtenir le règlement de mes factures est donc aussi indispensable qu’urgent.

Par ailleurs, si je peux mesurer dans mes clients les proportions de ceux qui ne me paient pas à cause du virus corona me permettra aussi d’anticiper ceux de mes clients vers lesquels je dois concentrer mes efforts.

Une fois ce premier travail effectué, il me sera nécessaire de travailler mes prévisions de trésorerie.

Que dois-je raisonnablement encaisser de mes clients déjà facturés, que dois-je payer à mes fournisseurs d’exploitation, mes salaires, mes charges, mes investissements, mes remboursements d’emprunt….

Quel chiffre d’affaires vais-je pouvoir facturer, encaisser selon mes analyses que j’aurai déjà pu faire sur mes encours clients, et quelle adaptation apporter sur mes dépenses d’exploitation ?

Voilà, une fois ces exercices effectués, serai-je en mesure de prendre les bonnes décisions, les bons arbitrages à court terme, peut-être en privilégiant ce que l’Etat me propose de reporter dans le règlement de mes charges avant mes fournisseurs habituels et qui ont en premier lieu besoin de moi, comme je peux avoir besoin d’eux.

Tout en étant confinés, nous restons votre partenaire essentiel.

contact@taiga-cm.com

Informations Covid-19 : plan de continuité de l’activité

English version below

Chers clients,

Suite aux récents événements concernant la pandémie de Covid-19 et la décision du gouvernement de limiter les déplacements de la population au strict nécessaire, TAIGA a mis en place son plan de continuité d’activité.

Ce plan nous permet de continuer à répondre à vos sollicitations, maintenir nos services et poursuivre nos travaux sans perturbation. Le service sera assuré sans interruption grâce au télétravail de toutes les équipes.

Nous vous invitons donc à nous solliciter comme à l’habitude, en privilégiant le mail (customerservices@taiga-cm.com) et le mobile de vos interlocuteurs dédiés.

Les rendez-vous physiques n’étant plus envisageables, nous poursuivrons nos réunions futures en vidéo conférence sans difficulté ni perte de qualité.

Comme vous, nous espérons que le respect scrupuleux de ces confinements aura pour effet de raccourcir le délai permettant à notre pays de sortir au mieux de cette crise sans précédent.

Nous demeurons donc à votre disposition,

Toute l’équipe TAIGA

Dear clients,

Following recent circumstances related to the spread of Covid-19 and the decision of the French government to limit the displacements of the population to strict necessary, TAIGA deploys its plan of the continuation of its operational activity.

This plan will allow to answer to your solicitations, maintain our services and avoid the disruption to our work. The service is ensured thanks to teleworking of our teams.

Hence, we are inviting you to continue the communication with the consultants of TAIGA via mail (customerservices@taiga-cm.com) or contact them by telephone.

Physical meetings are not longer possible, however, it would be still possible to conduct our meeting by video calls without any impact on their quality.

Just like you, we hope that the respect to the limitations requirements is going to have a possible impact on overcoming of the current crisis.

We are therefore at your disposal,

Team TAIGA

Coronavirus et tensions de cash à prévoir

Alors que l’Italie se met en quarantaine au niveau national, l’épidémie qui semble se résorber en Chine annonce-t-elle que pour autant les échanges avec le pays du soleil levant vont reprendre immédiatement?

Il y a fort à parier que non et, quand bien même nous réussissions à ré-appréhender les marchandises dont l’Europe a besoin, ce sont plus particulièrement les échanges intra-européens, et bientôt transatlantiques qui vont faire souffrir notre économie nationale.

Si des pans entiers de notre économie sont déjà terriblement affectés, tourisme, hôtellerie, transports, importation de denrées alimentaires venant d’Italie ou d’Espagne, la structure hospitalière se prépare elle aussi à affronter une affluence sans précédent.

Serons-nous tous touchés ensemble, ou la contamination sera-t-elle plus progressive ? C’est bien ce qu’espèrent nos gouvernements à la lecture des décisions politiques des ces jours derniers.

Se rajoutent à cette épidémie une crise violente du pétrole, qui nous permettra rapidement de repayer notre essence un euro le litre, et un krach boursier qui a déjà donné la tendance la journée du 9 mars dernier.

Si ces différentes crises auront des effets bien différents sur notre quotidien, les mesures à venir de quarantaine, que ce soient dans les écoles ou dans les entreprises, il semble inévitable qu’elles aient pour conséquence première de laisser les gens chez eux, au plus grand préjudice des entreprises, de leur chiffre d’affaires et de leurs marges, pour ne pas évoquer l’ensemble de leur activité, et l’ensemble des secteur semble devoir être pénalisé, les GAFA elles aussi ayant subi les affres boursières du 9 mars.

Il ne faut pour autant pas céder à la panique, et savoir, comme dans toute crise profonde qui se prépare, faire preuve d’anticipation.

Le gouvernement français, en première ligne, vient déjà d’annoncer différentes mesures d’urgence afin de soutenir l’économie réelle. Ce sont les mesures de renforcement du chômage partiel, déjà sollicité par 900 entreprises pour 15.000 salariés le 8 mars au soir, des charges sociales reportées ou annulées, qui demeurent à ce stade décidées au cas par cas.

Nul doute que les fonctionnaires en charge du sujet aient à faire face à un surcroît d’activité, que nous espérons le plus temporaire possible, même si les conséquences sont beaucoup plus durables que les causes…Encore faudrait-il arriver à trouver les bons moyens de soigner le corona virus, ce qui n’est pas encore d’actualité, sans parler des délais de commercialisation une fois les molécules identifiées…

Les populations, par anticipation et prévoyance, vont sans doute être attentives à leurs stocks de denrées alimentaires (il n’y a plus de pâtes dans les supermarchés italiens), et vont sans doute aussi mobiliser quelques liquidités afin d’anticiper des baisses de rentrées d’argent…

Il n’y a pas de raison que les chefs d’entreprise ne fassent pas la même chose, et le contraire serait suicidaire. Que ce soit à se concentrer sur le recouvrement des créances, sur la géographie des approvisionnements, ou sur leur situation de cash, toutes les mesures qui permettront d’anticiper au mieux les difficultés à venir seront les bonnes.

Parmi celles-ci, évidemment, les prévisions de trésorerie prennent ici une importance accrue, afin de savoir anticiper le moment ou les banques, l’Etat avant les collaborateurs eux-mêmes devront être sollicités.

Ne soyons pas craintifs, ce n’est pas la fin du monde, même si les conséquences à long terme de cette épidémie ne sont pas encore connues, elles peuvent avoir pour les entreprises la conséquence à court terme de mieux se structurer pour mieux anticiper.

Il semble parfois illusoire d’aller faire la chasse au x impayés ou de faire des prévisions de trésorerie lorsque la situation du cash est bonne, il semble vertueux de serrer les boulons et d’anticiper au mieux les difficultés potentielles à venir, d’autant plus quand leurs causes ne se trouvent pas dan la gestion même de l’entreprise.

Etienne Téqui

Président TAIGA

TAIGA exposant des Journées de L’AFTE 2019

Venez découvrir les logiciels TAIGA aux "Journées de l'AFTE".

Save the date: TAIGA exposant des Journées de L’AFTE 2019

Venez découvrir les solutions TAIGA aux « Journées de l’AFTE » (L’Association Française des Trésories d’Entreprises). Cet événement totalement dédié à la trésorerie et la finance d’entreprise aura lieu les 19 & 20 novembre prochains au Palais Brongniart à Paris.

TAIGA accompagne les directions financières depuis 10 ans sur les sujets suivants :

Pour savoir plus sur nos métiers et savoir-faire cliquez ici.

Où nous trouver ?

Rendez-vous sur le stand №70 pour rencontrer nos experts.

Les Journées de l’AFTE les 19 et 20 novembre 2019
Palais Brongniart
28, place de la Bourse 75002 Paris

Programme & Inscription: Cliquez ici

N’hésitez pas à réserver votre démo en avance.

Prévision de trésorerie : pourquoi chaque entreprise devrait faire des prévisions de trésorerie ?

Prévision de trésorerie : les signaux donnés ces derniers jours par la FED ont de quoi nous laisser pantois !

Elle a en effet injecté 75 milliards de dollars le 17 puis à nouveau 75 milliards le 18 septembre sur les marchés financiers, afin de permettre aux entreprises américaines mais pas seulement, de se refinancer à court terme.

Outre le fait que c’est la première fois que le FED intervient de la sorte depuis 2008, cet afflux massif de nouvel dettes contractées par les entreprises à l’échelon mondial montre l’empressement des investisseurs à acheter de la dette d’entreprises cotées, poussés par la baisse de taux et des endettements.

Les entreprises s’endettent grâce à des afflux de liquidités injectées par les banques centrales. Les banques centrales manœuvrent afin de conserver des taux d’intérêt les plus faibles, probablement pour éviter aux entreprises endettées de faire faillite. C’est une bonne technique pour cacher un ralentissement mondial de la croissance.

Les entreprises s’endettent pour que leurs dettes leur coutent moins cher, et se retrouvent avec des liquidités non rentables, puisque les dépôts sont aujourd’hui taxés. Elles placent sur les marchés obligataires à rendement négatif, jusqu’au jour où plus personne ne voudra racheter leurs obligations. Et les taux négatifs contribuent à générer des tensions de liquidités.

La Banque centrale européenne baisse ses taux, relance des programmes de rachats d’actifs et de taux négatifs, taxe plus les dépôts, poussant Trump à faire pression sur la Fed pour faire de même. Les États-Unis y sont contraints, car sinon le dollar se revalorise trop, et freine les exportations américaines. Et puis les États-Unis paient pour emprunter, les Etats européens, eux, sont payés pour s’endetter !

 

Les entreprises s’endettent. Les États s’endettent. Le tout en étant rémunéré pour s’endetter

Les États ne peuvent faire faillite, ils n’ont pas intérêt à ce que les banques fassent faillite, et l’État et les banques n’ont pas intérêt à ce que les entreprises fassent faillite. Hormis le système, il va bien falloir que quelqu’un fasse faillite !

La question qui se pose est donc de savoir combien de temps peut durer un système financier basé sur un principe de taxation du dépôt et de rémunération d’un emprunt !

L’autre question qui se pose, pour les entreprises, est de savoir non seulement comment interpréter les tendances, mais surtout de savoir comment anticiper les tensions, à commencer par les tensions de trésorerie…

On sait que toute crise intervient de façon brutale, impacte les taux d’intérêt, impacte les taux de change, tend les liquidités, réduit la croissance, impacte le taux d’emploi…

Nous, financiers ou dirigeants d’entreprises, sommes des gens simples et pragmatiques. Nous devons nous assurer que nos croissances d’aujourd’hui sont pérennes, que les actifs que nous créons sont stables, et qu’en bons pères de famille, nous ne gaspillons pas ce que nous avons généré.

Nous savons, comme Emile de Girardin, qu’il n’y a rien à gagner à transiger avec l’erreur ou l’injustice, que gouverner c’est prévoir, et que ne rien prévoir, c’est courir à sa perte.

C’est pourquoi chaque entreprise devrait faire des prévisions de trésorerie. Alors, messieurs les financiers, commençons par prévoir nos cash-flows!

Un vent d’innovation souffle sur les entreprises. Quelques mots sur TAIGA

Article paru dans Informations Entreprise N 153 Juillet-Aout-Septembre 2014.

En se présentant comme le 1er éditeur de solutions logicielles de reporting et de monitoring en matière d’optimisation du besoin en fond de roulement (BFR) et des prévisions de trésorerie, la société TAIGA joue la carte de l’innovation pour servir la gestion des flux des entreprises. En quoi les outils proposés se démarquent-ils de la concurrence? Quelle est leur valeur ajoutée ? Explications…

«Inutile d’attendre d’être malade pour se soigner, autant se vacciner avant». D’emblée, Etienne Téqui, Directeur Général et co-fondateur de la société TAIGA donne le ton. Avec Frédéric Doumenc, l’actuel Président et également co-fondateur, ils ont la volonté en 2009 de permettre aux entreprises de toute taille et notamment aux Grands Comptes, d’optimiser leur BFR et leurs prévisions de trésorerie. Le tout était de trouver une solution novatrice qui donne aux organisations la possibilité d’améliorer simplement et de manière flexible la gestion de leurs flux.

Partant du constat que les entreprises ont souvent des difficultés pour financer leur exploitation et qu’il convient de renforcer la transparence dans la communication à travers des indicateurs de performance, Etienne Téqui et Frédéric Doumenc ont donc décidé, en avril 2009, de lancer TAIGA. Une société qui édite et développe une plateforme logicielle web du même nom. Commercialisée en mode SaaS (par abonnement), cette plateforme a pour but d’améliorer le BFR des organisations, d’anticiper leurs besoins de financement, de connaître ce qu’elles dépensent tout en les aidant à déterminer leurs stratégies de développement. Un outil dont la mission consiste, vous l’aurez compris, à assainir les pratiques de gestion. Et si par «monitoring» et «reporting», il convient respectivement de comprendre : «solutions permettant de mettre en évidence des éléments de BFR et de trésorerie». Mais également : «récupération d’informations au sein d’une base de données»…

Il importe tout autant de percevoir qu’il n’est, selon Etienne Téqui, pas question de proposer aux organisations la simple «photographie» d’un instant qui fixerait leurs données sans jamais les voir évoluer. Bien au contraire ! TAIGA aspire à dresser, pour les entreprises, une « vidéo » de leurs informations de trésorerie passées, présentes et futures afin qu’elles puissent avoir accès à des indications dynamiques.

Vous avez-dit «innovantes» ?

Concrètement, la mise en place de la solution logicielle TAIGA s’effectue en deux temps et ne nécessite aucune installation spécifique. Après avoir paramétré un module correspondant à l’environnement de reporting de la société cliente, les consultants de TAIGA forment les collaborateurs désignés sur site ou par l’intermédiaire de vidéoconférences. TAIGA leur fournit ensuite des login et des mots de passe pour leur permettre d’accéder à la plateforme.

Développés, à l’origine, pour les besoins d’un groupe mondial, les outils signés TAIGA sont, de ce fait, tous conçus pour être multilingues. Une approche internationale due au fait que le BFR et la trésorerie s’analysent de la même manière partout dans le monde et que la clientèle de TAIGA dispose généralement de filiales implantées aux quatre coins de la planète.

Mais ce qui fait véritablement la différence entre les solutions proposées par TAIGA et les autres, c’est bien leur aspect « dédié » commente Etienne Téqui. Et de préciser : « À ma connaissance, peu de concurrents présentent à ce jour des solutions spécifiques sur le BFR et de la prévision de trésorerie. C’est pourquoi nous avons créé des modules flexibles et personnalisables, adaptables aux besoins de nos clients (il est préférable de ne pas mettre « sur-mesure » car aujourd’hui tout le monde utilise ce terme pour définir son expertise) ».

Au-delà du logiciel, TAIGA fournit un accompagnement et une prestation de conseil pour former et accompagner les collaborateurs aux outils proposés. À cela s’ajoute une hotline «qualitative» puisque chaque consultant est à l’écoute des besoins exprimés par l’entreprise cliente. « Nous sommes en train de nous organiser pour que, de façon régulière, nos équipes proposent aux sociétés des analyses concernant leurs données qui leur seront transmises (il faut un « s » ici) à un rythme régulier », explique Etienne Téqui. Et d’ajouter : « Nous souhaitons que nos clients obtiennent, grâce à nos solutions, une amélioration de la qualité de leurs prévisions de trésorerie comme une diminution de leur BFR. Nous aspirons à faire évoluer nos outils en trouvant de nouveaux critères de comparaison pour leur permettre de comparer leurs performances ».

Aujourd’hui, TAIGA développe aussi des offres industrialisées « clés en main » destinées aux PME et souhaite s’implanter partout dans le monde. C’est actuellement le cas en Russie. En décembre 2012, l’éditeur était reconnu « Jeune entreprise innovante » par le pôle Finance Innovation. En mars 2013, TAIGA était désignée en tant qu’ « Entreprise innovante » par la même instance. De quoi donner à toute l’équipe de TAIGA l’envie de continuer sur sa lancée en faisant, toujours, rimer « innovation », avec « confiance, transparence et agilité ».

Performance financière d’une entreprise : les erreurs de reporting

Dafmag.fr, le 21/02/2014, tribune de Marie-Laure Demarquay.

Il existe 7 péchés capitaux en matière de reporting…. Le second était d’occulter le changement perpétuel que subit ou impulse votre société; le troisième ? Ne vous fier qu’à un seul indicateur. Explications.

Mise en situation

Avec les difficultés que la crise a apportées à votre entreprise, vous vous concentrez maintenant plus fortement sur les éléments clés de votre activité, notamment sur votre trésorerie qui est mise en difficulté. Pour soutenir ce point clé de votre entreprise, votre reporting a été mis à jour pour ne prendre en compte que la façon dont chaque service de votre entreprise participe à l’amélioration de la trésorerie. Ainsi vous définissez dans ce sens les indicateurs précis pour chaque responsable de business unit.

Lorsque vos ventes baissent, vos commerciaux sont pourtant démunis car aucun indicateur de votre reporting ne vient leur fournir une information pertinente pour l’expliquer. D’ailleurs vous n’êtes pas au courant de cette baisse des ventes car tous vos clients ont réglés leurs factures à temps le mois dernier, vos indicateurs de trésorerie sont donc dans le vert. Quelques mois plus tard, il est déjà trop tard pour redresser la baisse des ventes car l’information ne vous est pas parvenue à temps, et les commerciaux ne pouvant se baser sur le système de reporting pour comprendre leur problème n’ont pu agir efficacement.

Analyse

En restreignant votre reporting à un objectif précis, vous risquez de ne rendre utile l’information que vous récoltez qu’à l’atteinte de cet objectif. En occultant toutes les autres fonctions de ce système, à savoir permettre de prendre des décisions rapides sur la situation immédiate.

Et donc…

Pour juger le plus précisément possible de la performance des différents métiers de votre entreprise, et la façon dont ils participent à la performance globale de votre entreprise, choisissez des indicateurs qui soient pertinents pour chacun de ces éléments au regard des enjeux qu’ils rencontrent. Pour cela, faites participer les responsables de vos différentes business unit dans l’élaboration de votre système de reporting, afin de permettre un pilotage agile à tous les niveaux de votre société

TAIGA interviewée par La Voix de la Russie

Les Français sont de plus en plus nombreux à envisager un départ à l’étranger pour trouver un emploi. Bien que la plupart d’entre eux se tournent vers les pays européens, de plus en plus souvent les expatriés choisissent d’aller plus à l’Est, direction la Russie.

Avec plus de 400 filiales d’entreprises françaises qui sont implantées en Russie et dont le nombre s’accroit toujours cela peut être considéré comme une tendance stable : la Russie intéresse de plus en plus les habitants de l’Hexagone. L’agence Ubifrance destinée au développement à l’international des entreprises françaises croit que l’expérience française est très demandée en Russie notamment dans le domaine des hautes technologies et des numériques.

Mais ce n’est pas seulement les jeunes diplômés qui veulent trouver en Russie des opportunités de carrière absentes en France, il s’agît des jeunes entrepreneurs qui se sont aventurés à faire leur business en Russie. Selon les données de Yannick Tranchier, fondateur du 1-er incubateur français à Moscou environ 50 sociétés françaises viennent chaque année s’installer en Russie, «mais ce qui est surtout intéressant, c’est la progression.»

Editeur des logiciels innovants, la société TAIGA se penche sur la prévision et la surveillance du marché et des risques possibles. Ce qui était à l’époque la corvée de dizaine d’experts financiers est aujourd’hui disponible par un simple clic sur l’ordinateur. Après avoir jeté un coup d’oeil sur le marché russe il y a quelques mois, Etienne Téqui, chef des ventes de TAIGA est revenu pour ouvrir sa filiale en Russie. Selon lui, même le nom de l’entreprise l’impose.

Découvrez la vidéo sur le site de La Voix de la Russie :
http://french.ruvr.ru/2014_02_05/Les-start-ups-francaises-preferent-la-Russie-3402/

La Voix de la Russie. Anna Karpova. 5 février 2014.

TAIGA classée parmi les meilleures start-up du numérique

L’Usine Digitale. Publié le 3 juillet 2013

Spécialiste de l’évaluation et de la surveillance de l’exploitation des entreprises, TAIGA propose, à travers ses expertises, plusieurs solutions web permettant de mettre en évidence la performance et les risques liés à l’exploitation des entreprises.

Elle permet également de mesurer la capacité de l’entreprise à générer de l’argent, d’améliorer la visibilité sur le chiffre d’affaires prévisionnel et de mettre en évidence la vraie valeur des actifs circulants.

La plateforme TAIGA propose de nombreux modules déployés en mode Saas, rapide et sans installation, permettant un accès simple et immédiat. Chaque module est accompagné d’un tableau de bord paramétrable. Par ailleurs, la start-up a reçu une levée de fonds de 400 milles euros auprès de Fa-Dièse, Arnaud Vaissié et Thierry Labbé en 2013.

Genèse de l’entreprise :

TAIGA est créée en avril 2009 par Frédéric Doumenc, Etienne Téqui et Serge Mosselmans.

Produits :

Solutions web permettant l’évaluation et la surveillance de l’exploitation des entreprises.

Marché :

Développement et déploiement d’un ensemble de solutions web spécifiques de consolidation, de reporting, d’évaluation et d’anticipation des risques opérationnels d’exploitation

Créateurs :

  • Frédéric Doumenc : co-fondateur.
  • Etienne Téqui : co-fondateur.
  • Serge Mosselmans : co-fondateur.